O Caribe – Colombie (2014)

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

 

L’oeil se déplace par-delà la fenêtre.
Quelque chose l’interpelle dans l’enchaînement des rues qui fourmillent de paroles à peine prononcées, de gestes ébauchés en terme de salut et d’au revoir. Il glisse en contrebas d’une maison de brique à la rencontre d’un homme au chapeau de paille qui se tourne au trois quart pour l’observer fixement, comme pris au dépourvu. 

L’oeil hésitant, a attendu ce moment si longtemps, depuis une obscurité blême et inavouable, que l’image fixée, fragile, s’est déjà écornée au fond de sa mémoire. En se retournant sur lui-même, il nous a semblé laisser en quelque sorte un témoignage.

Puis l’oeil est parti plus loin ailleurs. C’est comme une brise qui passe en repoussant les nuages, elle nous emporte plus loin, en direction d’un enfant qui court, seul dans la rue. Celui-ci tient fermement d’une main le fil qui l’amènera jusqu’au ciel, lui et son cerf-volant. Puis l’enfant sent quelque chose derrière son dos. Une présence à la fois légère et insistante.
Il se retourne alors et c’est maintenant le vide qu’il regarde.

L’oeil s’est évanouit dans ce qu’il regardait. Il a abandonné une à une toutes ses intentions.  Il n’en a plus qu’une: celle de résister à travers l’autre. Le contact distancié de la peau, de la souffrance contre sa rétine. De nouveau un visage s’éclipse, et c’est la seule chose qui restera de nous-même.

 
https://www.youtube.com/watch?v=Co9UqVMv_7g